Une séance de questions et de réponses avec Faeron Trehearne, directrice des affaires juridiques et secrétaire générale de Moneris

August 27, 2018

En tant que directrice des affaires juridiques et secrétaire générale, Faeron s’occupe de tout ce qui concerne les affaires juridiques et réglementaires, notamment la confidentialité et la lutte contre le blanchiment d’argent. Elle gère également le conseil d’administration et les relations avec le gouvernement. Avec un tel titre, il vient de nombreuses responsabilités et un certain niveau de connaissances sur la Moneris d’aujourd’hui et ses plans pour l’avenir.

Nous avons discuté avec Faeron afin d’en savoir plus au sujet de sa carrière, de sa façon d’équilibrer ses deux rôles et de sa façon de prendre du temps pour elle.

Ta formation a-t-elle toujours été en droit des sociétés? Quel aspect du monde du droit des sociétés continue de t’y attirer?

En fait, j’ai essayé différents domaines liés aux droits avant de trouver le domaine qui m’intéressait. J’ai été reçue au barreau de l’état de New York en 1994 et de l’Ontario en 1995. J’ai travaillé une courte durée en tant qu’avocate criminaliste, mais j’ai rapidement réalisé que ce n’était pas pour moi. J’ai également beaucoup aimé travailler dans un cabinet de litige commercial, mais je n’étais pas passionnée par l’emploi. J’ai adoré plusieurs aspects du droit des sociétés, y compris les taxes et la propriété intellectuelle, puis j’ai choisi, tôt dans ma carrière, de me concentrer sur les droits des technologies.

Ce que j’aime plus particulièrement du domaine des droits est la possibilité de travailler stratégiquement et de résoudre des casse-têtes, que ce soit en négociant des accords ou en analysant des problèmes afin de déterminer la meilleure façon de procéder. Résoudre les problèmes m’attire depuis mes cours de mathématiques lorsque j’étais petite. Trouver des réponses et prendre des décisions qui ont une portée pratique m’ont toujours interpellée. Cet aspect n’était pas assez présent dans le domaine du litige commercial.

En droit des affaires, surtout dans mon rôle ici à Moneris, j’ai l’occasion de négocier des accords, d’aider à l’élaboration et à la mise en place de plans stratégiques pour l’avenir, en plus de veiller à ce que nous soyons toujours conformes à la loi et que nous prenions des risques intelligents. Puisque j’assume les risques et que je vis avec les résultats, je crois que j’ai un effet sur l’entreprise et je comprends bien la nature de mon travail.

Quelles sont tes tâches quotidiennes dans tes deux rôles?

En tant que secrétaire générale, ma responsabilité principale est de soutenir les tâches de notre conseil d’administration. L’objectif du conseil est de guider et de superviser les activités de Moneris, notamment notre stratégie pour l’avenir. Ce conseil est formé de membres de la haute direction de nos copropriétaires RBC et BMO, donc il y a de nombreux points de vue différents et de nombreuses conversations stratégiques dans la salle. Mon rôle est de veiller à ce que le conseil respecte ses obligations en droit des sociétés et qu’il réponde aux exigences en matière de gestion et aux autres exigences établies par les actionnaires lorsque l’entreprise a été fondée.

En tant que chef des affaires juridiques, je suis responsable de tout ce qui concerne les problèmes juridiques, réglementaires ou de conformité. Il se peut que ce soit des nouvelles lois qui entrent en vigueur, des exigences réglementaires, des litiges, des fusions, des problèmes en matière d’emploi ainsi que des contrats conclus avec les partenaires et les commerçants. Nos équipes touchent à tous les renseignements de grande importance, toutes les initiatives et tous les sujets prioritaires. Elles travaillent également avec nos partenaires d’affaires internes afin de veiller à la réussite de la stratégie et des priorités de Moneris. Nous avons d’excellentes équipes d’audits internes, de service juridique et de conformité qui offrent un service centré sur les clients et qui font chaque jour ce qui est juste pour Moneris. Je suis chanceuse de mener des équipes aussi solides.

Alors, comment priorises-tu tes tâches?

Nous mettons constamment l’accent sur les priorités stratégiques, les sujets de grande valeur ainsi que les grands risques juridiques et réglementaires. Nous nous tournons vers notre stratégie, nos priorités, notre équipe de la haute direction, notre façon de prioriser les projets et les commentaires de nos clients afin de guider notre gestion de temps et nos besoins en matière de ressources à n’importe quel moment. De plus, nous réévaluons constamment notre entreprise en fonction de sa nature dynamique et juridique.

Comment gères-tu le stress?

Je gère le stress de plusieurs façons. Par contre, je ne crois pas qu’il y ait une solution unique qui aide tout le monde. Je n’ai pas de contrôle sur ma conciliation travail-vie personnelle. Je ne fais que trouver l’équilibre chaque jour.

Je pratique souvent le yoga! J’essaie de faire de l’exercice le plus souvent possible; sinon, je deviens grincheuse. J’essaie de ne pas travailler pendant les fins de semaine, à moins que ce soit absolument nécessaire. Je tente donc d’éteindre la partie « travail » de mon cerveau jusqu’au dimanche soir. Il y a toujours des exceptions à cette règle, mais j’essaie réellement de profiter de ma « fin de semaine ». M’absenter et réussir à me déconnecter du travail un peu m’aident à effectuer mes tâches lorsque je suis au travail.

Enfin, je m’assure de prendre le temps nécessaire pour dormir. Je n’ai peut-être pas toujours le temps de dormir les sept heures dont j’ai besoin chaque nuit, mais j’essaie de me coucher à 23 h la plupart du temps. Notre cerveau a besoin de repos comme le reste de notre corps afin de fonctionner comme il faut. Le sommeil est clé!

Quel conseil en matière de carrière aurais-tu souhaité recevoir lorsque tu étais plus jeune?

Le premier conseil que je me donnerais est de prendre une année sabbatique entre le secondaire et l’université. J’ai terminé mon baccalauréat en trois ans et j’ai essayé d’obtenir mon diplôme le plus rapidement possible. Je crois que j’aurais pu mieux profiter de mon éducation à l’université si j’avais élargi ma perspective et appris davantage au sujet du monde à l’extérieur du système d’éducation.

Mon autre conseil à moi-même serait de faire une maîtrise à l’école de droit.

Quels conseils simples donnerais-tu aux propriétaires d’entreprise afin qu’ils s’assurent d’être protégés d’un point de vue juridique, tout en continuant à cheminer dans le monde des paiements qui évolue constamment?

Les conseils dépendent de la taille de l’entreprise, de l’industrie dans laquelle elle fait affaire et de bien d’autres aspects qu’il faut prendre en considération. Par contre, le meilleur conseil que je peux donner à chaque entreprise est d’embaucher un bon avocat! Il n’est pas nécessaire que ce soit l’avocat le plus cher, mais l’avocat doit avoir une formation solide et adopter une bonne approche axée sur le risque.

Si vous êtes dans les débuts de la création de votre entreprise, assurez-vous d’être protégé. Il est toujours mieux de commencer du bon pied dès le début que de revenir en arrière plus tard ou de découvrir que vous n’êtes pas le propriétaire de propriété intellectuelle.

Vous souhaitez obtenir de plus amples renseignements sur l’équipe de la haute direction de Moneris? Veuillez consulter notre séance de questions et de réponses avec Brian Prentice, chef de la gestion des risques à Moneris et avec Jeff Guthrie, chef des ventes et du marketing à Moneris.




L’information contenue dans le présent blogue est fournie à titre informatif seulement et ne représente pas de conseils d’ordre juridique, financier ou autre.

Article précédent
Est-ce que votre entreprise devrait accepter les paiements périodiques?
Est-ce que votre entreprise devrait accepter les paiements périodiques?

Article suivant
Terminaux virtuels pour les nuls : Définition et fonctionnement
Terminaux virtuels pour les nuls : Définition et fonctionnement